MirbeauAccueil Entrez !Blog de P. MichelPublicationsContact
Nouvellesà propos Galerie Citations Aide Introduction Liens


Come back

OCTAVE MIRBEAU ET DONALD TRUMP

ou

De l’intérêt d’être une canaille sans scrupules pour se faire élire

On parle beaucoup ici, depuis quelques jours, du marquis de Portpierre. Et l’administration des bains se fait une sérieuse réclame sur son nom… Le marquis gagne de grosses sommes au baccara, au poker, au tir aux pigeons… Son automobile attire des foules chaque fois qu’il sort… Enfin son existence de fêtes et de chic produit une véritable sensation… Clara Fistule m’assure qu’on l’héberge, pour rien à l’hôtel, et qu’on l’entretient au Casino.

— Un si grand nom… pense donc ! m’explique-t-il… une si grosse situation politique et mondaine !… Et bon garçon, si tu savais !… […]

Voici ce que je sais du marquis de Portpierre.

Un dimanche matin, j’arrivais avec un ami à Norfleur. Norfleur est une petite ville normande, extrêmement pittoresque, et qui a conservé, presque intact, son caractère ancien. […] Sur la place de la mairie, se tenait, ce jour-là, une foule nombreuse de paysans endimanchés venus pour entendre la messe et causer, ensuite, de leurs petites affaires. La foule était plus agitée que de coutume et plus bourdonnante, car on se trouvait alors en pleine effervescence électorale… Par les passions qu’elles réveillent, les intérêts qu’elles flattent ou qu’elles contrarient, seules, les élections pouvaient donner à la ville l’illusion éphémère du mouvement et de la vie. Les murs étaient couverts d’affiches bleues, jaunes, rouges, vertes, et quelques groupes stationnaient, çà et là, devant elles, menton levé, œil rond, bouche close, mains croisées derrière le dos, sans une parole, sans un geste qui exprimât une opinion ou une préférence…[…] L’ami qui m’accompagnait me montra pérorant, gesticulant, au milieu d’un groupe plus nombreux, plus animé, l’un des candidats, le marquis de Portpierre, gros propriétaire terrien, célèbre dans toute la Normandie, pour son existence fastueuse, et, à Paris, pour la parfaite correction de sa livrée et de ses attelages. Membre du Jockey-club, homme de cheval, de chiens et de filles, tireur aux pigeons coté, antisémite notoire et royaliste militant, il appartenait à ce qu’au dire des gazetiers il y a de mieux dans la société française…
Ma surprise fut grande de le voir vêtu d’une longue blouse bleue et coiffé d’une casquette en peau de lapin. On m’expliqua que c’était son uniforme électoral et que cela le dispensait de toute autre profession de foi… Il ressemblait, d’ailleurs, à un vrai maquignon. Rien, dans son allure, n’indiquait que ce fût là un costume accidentel ; rien, non plus, dans sa physionomie, rougeaude et vulgaire, mais narquoise et rusée, ne le distinguait des autres croquants et ne révélait en lui ce que les anthropologues de journaux appellent « la race ». Personne ne devait être plus dur et plus malin en affaires, savoir mieux maquiller un cheval ou une vache, entonner plus de litres de vin, durant les débats d’un marché, être plus expert en toutes les roueries des champs de foire…

Comme je passais près de lui, je l’entendis qui criait, au milieu des rires :

— Mais oui… mais oui… le gouvernement est une vache. Nous le mènerons loin je vous en réponds… Ah ! nom de Dieu !… mes enfants…

Il était vraiment à son aise, sous la blouse de paysan, affectait une cordialité bruyante, une sorte de débraillé bon enfant, un merveilleux cynisme de camaraderie, riait ci, s’indignait là… et toujours à propos, prodiguait les poignées de main, les tutoiements, tapait sur les épaules et sur les ventres, faisait sans cesse la navette de la place où il se dépensait en paroles drôles au café de l’Espérance où il se dépensait en petits verres. Et il brandissait, superbement, un lourd bâton normand, de cornouiller, que nouait, à son poignet droit, une forte courroie de cuir noir…

— Ah ! nom de Dieu !…

Il faut dire que le marquis de Portpierre était chez lui, à Norfleur, qu’il considérait comme son fief, et où son esprit de ruse, son génie du maquignonnage, son habileté à « mettre les gens dedans », lui avaient valu une popularité énorme. Il avait si bien conquis le pays par ses qualités de rondeur crapuleuse qui lui eussent fait jeter des pierres ailleurs, que nul ne songeait à s’étonner des transformations brusques que, lors des périodes électorales, il opérait en sa toilette. Tout le monde, au contraire, en était heureux et on disait de lui :

— Ah ! c’est un bon enfant, M. le marquis. En voilà un qui n’est pas fier !… En voilà un qui aime le cultivateur !

Nul ne s’étonnait, non plus, qu’il eût conservé les privilèges et les honneurs que s’attribuaient les grands seigneurs d’autrefois. […]Les paysans passent, d’ordinaire, pour être malins et rusés ; les candidats, très souvent, pour être stupides. On a écrit là-dessus des romans, des comédies, des traités de science sociale, des statistiques qui, tous, ont confirmé ces deux vérités. Or, il arrive que ce sont les candidats stupides qui, toujours, roulent les paysans malins. Ils ont, pour cela, un moyen infaillible qui ne demande aucune intelligence, aucune étude préparatoire, aucune qualité personnelle, rien de ce qu’on exige du plus humble employé, du plus gâteux serviteur de l’État. Le moyen est tout entier dans ce mot : promettre… Pour réussir, le candidat n’a pas autre chose à faire qu’à exploiter – exploiter à coup sûr – la plus persistante, la plus obstinée, la plus inarrachable manie des hommes : l’espérance. Par l’espérance, il s’adresse aux sources mêmes de la vie ; l’intérêt, les passions, les vices. On peut poser en principe absolu l’axiome suivant : « Est nécessairement élu le candidat qui, durant une période électorale, aura le plus promis et le plus de choses, quelles que soient ses opinions, à quelque parti qu’il appartienne, ces opinions et ce parti fussent-ils diamétralement opposés à ceux des électeurs. » Cette opération que les arracheurs de dents pratiquent journellement sur les places publiques, avec moins d’éclat, il et vrai, et plus de retenue, s’appelle pour le mandant : « dicter sa volonté », pour le mandataire : « écouter les vœux des populations »… Pour les journaux, cela prend des noms encore plus nobles et sonores… Et tel est le merveilleux mécanisme des sociétés politiques que voilà déjà plusieurs milliers d’années que les vœux sont toujours écoutés, jamais entendus, et que la machine tourne, tourne, sans la plus petite fêlure à ses engrenages, sans le moindre arrêt dans sa marche. Tout le monde est content, et cela va très bien comme cela va.
Ce qu’il y a d’admirable dans le fonctionnement du suffrage universel, c’est que le peuple, étant souverain et n’ayant point de maître au-dessus de lui, on peut lui promettre des bienfaits dont il ne jouira jamais, et ne jamais tenir des promesse qu’il n’est point, d’ailleurs, au pouvoir de quelqu’un de réaliser. Même il vaut mieux ne jamais tenir une promesse, pour la raison électorale et suprêmement humaine qu’on s’attache de la sorte, inaliénablement, les électeurs, lesquels, toute leur vie, courront après ces promesse, comme les joueurs après leur argent, les amoureux après leur souffrance. Électeurs ou non, nous sommes tous ainsi… Les désirs satisfaits n’ont plus de joies pour nous… Et nous n’aimons rien autant que le rêve, qui est l’éternelle et vaine aspiration vers un bien que nous savons inétreignable.
L’important, dans une élection, est donc de promettre beaucoup, de promettre immensément, de promettre plus que les autres. Plus les promesses sont irréalisables et plus solidement ancré dans la confiance publique sera celui qui les aura faites. Le paysan veut bien donner sa voix, c’est-à-dire aliéner ses préférences, sa liberté, son épargne entre les mains du premier imbécile ou du premier bandit venu ; encore exige-t-il que les promesses qu’il reçoit, en échange de tout cela, en vaillent la peine… Il en réclame pour sa confiance, éternelle comme son destin d’être dupé. […]

Portpierre

Le matin dont je parle, comme, à un moment, M. le marquis sortait du café de l’Espérance, suivi d’une bande de paysans qui, du revers de la main, s’essuyaient encore les lèvres humides de vin bleu, son concurrent vint à passer… C’était un pauvre diable, très maigre, très pâle, le visage boutonneux, qu’on sentait très pauvre, et qui avait eu l’idée bizarre de se présenter contre le marquis, comme candidat socialiste… Ancien instituteur dans le département, révoqué par M. Georges Leygues, pour avoir affiché – trop tôt, le pauvre ! – la Déclaration des droits de l’homme sur les murs de sa classe… il avait été choisi par le comité d’action révolutionnaire comme le candidat de toutes les réformes, de toutes les protestations, de toutes les revendications. Très intelligent, très convaincu, très dévoué « à l’idée », il ne payait malheureusement pas de mine. Et sa figure ne répondait nullement aux déclarations fières et violentes de ses affiches… Pour honorer ses électeurs, il avait mis ses plus beaux habits… Une redingote noire, fripée, élimée, de coupe très ancienne, dont s’exhalait une désagréable odeur de naphtaline, et que n’en rongeaient pas moins, en beaucoup d’endroits, de voraces colonies de mites… Un chapeau haut de forme, terni, jauni aux bords luisants, au ruban moiré de graisse, couronnait sa toilette piteuse… Il était seul… tout seul… et, sentant une hostilité contre lui, d’un œil embarrassé et timide, il cherchait, parmi la foule, ses amis qui, sans doute, n’étaient point encore arrivés…

De la pointe de son bâton normand, avec un air goguenard, le marquis, aussitôt, le désigna aux gens qui l’accompagnaient…

— Regardez-moi ce mirliflor ?… cria-t-il avec un gros rire où la haine grimaçait… Et ça se dit socialiste !… Ah ! malheur !…
Il y eut quelques rires sournois, d’abord, puis quelques murmures…

— Oh ! là ! là ! là !…

Le marquis de Portpierre, lui, était bien d'aplomb sur ses gros souliers ferrés, sa casquette en peau de lapin crânement posée en arrière, sur sa nuque… Et le vent ballonnait sa blouse qui, par une échancrure, sur le haut de la poitrine, laissait voir les pointes d’un foulard rouge. Il continua :

— Et ça vient faire le monsieur ici… le gommeux … étaler son luxe… insulter le peuple avec des habits de prince !… Regardez-moi ça !… Ah ! nom de Dieu !… C’est honteux…

Deux cents regards enveloppèrent le pauvre candidat d’une haine méprisante et ricanante… Le marquis, encouragé, d’une voix plus forte cria :

— Et où a-t-il volé cette redingote ?… Et ce chapeau, qui l’a payé ?… L’Allemagne en sait quelque chose… Les fripouilles…, les sales fripouilles !…

Les murmures grandirent, s’enflèrent… Un charron, les bras nus jusqu’au coude, énorme sous le tablier de cuir qui lui cachait les jambes, clama :

— Bien sûr… c’est un traître…

Et quelques voix hurlèrent :

— À bas le traître !…

Le marquis poursuivit, en prenant à témoin sa blouse bleue, sa casquette en peau de lapin, ses souliers ferrés, son bâton noueux :

— Est-ce que les vrais amis du peuple s’habillent en redingote… comme les étrangers… les rastaquouères, les juifs ? Est-ce que j’ai une redingote, moi… et un tube à huit reflets ?… Voyons, vous autres ?…

— Vive monsieur le maquis !…

— Je porte la blouse du paysan, moi… la blouse du brave paysan de France… la blouse de l’honnêteté et du travail… la blouse de l’épargne française…

— Vive monsieur le marquis !…

— Et je ne me crois pas déshonoré pour cela… N’est-ce pas, vous autres ?

— Vive… vive monsieur le marquis !…

— Tandis que ce sale gommeux… ce cosmopolite… ce socialiste…

— Oui !… Oui !… Oui !…

— … ose venir ici… outrager à la misère du peuple…

— Oui… Oui… C’est cela…

— … du brave cultivateur… qui est l’âme de la France… qui est la France !… Ah ! nom de Dieu !…

— À bas les traîtres !… […]

L’aventure du pauvre candidat socialiste m’avait donné un désir plus vif de connaître davantage le marquis de Portpierre… Je m’informai et j’appris bientôt quantité de choses remarquablement drôles… On n’avait d’ailleurs qu’à laisser parler les gens du pays, qui étaient intarissables en anecdotes ; ce parfait gentilhomme était lui-même intarissable en actions de toute sorte, où le comique se mélangeait agréablement au sinistre, comme il convient… Et je sentais que moins ces aventures dénotaient de scrupules, plus on l’aimait… Vraiment, sa popularité grandissait avec sa canaillerie, laquelle avait du moins ce mérite, bien français, d’être une canaillerie inventive et joviale… […]

Octave Mirbeau, Les 21 jours d’un neurasthénique (1901), chapitre XVII
barre
Graphics by Frogfrau! contact